PROCES-VERBAL DE L’ASSEMBLEE GENERALE DU 02/12/06
de l’association
Action Contre l’Enfance Maltraité (ACEM)
en date du 02/12/06

La réunion débuta ce 2 décembre 2006 à 16h30 à la salle du « Foyer » du Bâtiment B à la résidence universitaire de la Borie. Le président d’ACEM, M. Lyn FRANÇOIS, commença par remercier l’assistance qui s’est déplacée en nombre suffisant. Insistant sur la force des valeurs d’humanité qui motivaient la solidarité de l’action de l’association ACEM il félicita l’engagement de chaque membre auprès de celle-ci dans sa mission de contribuer au bonheur des enfants défavorisés d’Haïti. Il exposa, ensuite, l’ordre du jour qui comprenait :
1) La mise au point de M. Lyn FRANÇOIS à propos de l’association
2) Les difficultés rencontrées
3) Les réalisations de l’année
4) L’état des finances de l’association
5) Des élections au sein du Bureau
6) L’évolution du journal ACEM-info
7) Perspectives

1) LA MISE AU POINT DU PRESIDENT DE L’ACEM A PROPOS DE L’ASSOCIATION

M. Lyn FRANÇOIS débuta la réunion avec l’affirmation que l’association ACEM allait bien. En effet, c’est, forte du soutien de l’ensemble de ses sympathisants, que l’association qui a commencé son action en 1998, il y a huit ans de cela, pouvait espérer mener à bien les engagements qu’elle s’est donnés au profit des enfants défavorisés d’Haïti. Pour appuyer son propos le Président évoqua le déplacement de plusieurs membres qui sont allés en Haïti constater de leurs yeux la réalité des choses. De plus, le Président ne manqua pas d’insister sur l’importance du bénévolat et de la cohésion jamais faillie du Bureau assurant, ainsi, une bonne gestion de la structure associative.

2) LES DIFFICULTES RENCONTREES

Elles concernaient la communication entre les enfants parrainés et leurs parrains ou leurs marraines. S’est posée la question du déplacement d’un photographe ou encore celle des relations régulières des filleuls avec leurs parrains ou marraines pour qui les nouvelles de l’évolution de ceux-là étaient importantes. Ces questions conduisirent à considérer essentiellement le coût des envois postaux qui était généralement élevé soit 100 € pour un colis plus ou moins important par DHL. Dès lors se posa la question d’un choix à faire entre le développement de la communication entre parrain et filleul et la nécessité, par exemple, de renforcer la cantine pour nourrir les 300 enfants. Tout en insistant sur le fait que ce n’était pas une faute de notre part, le Président fit remarquer que nous comptions sur le départ de certains d’entre les membres qui ne manqueraient pas de dynamiser les choses depuis Haïti.

3) LES REALISATIONS DE L’ANNEE

a) Les avancées concernant le projet de construction de l’école aux Orangers
Elles consistaient d’abord en l’acquisition d’un terrain de 5.000 m2 pour 15.000 €. Un plan de construction a d’ores et déjà été réalisé par un architecte à la demande de l’association. Le Président affirma qu’il restait à le finaliser. Dans le cadre du financement du projet de construction de l’école M. François cita une subvention exceptionnelle du Conseil Régional de 7.600 € en faisant observer que cela était possible parce que le projet était viable et ajouta que l’opportunité d’une nouvelle demande de subvention auprès du Conseil Régional était à l’étude. De plus, l’association a pris contact avec le Ministère de l’Education nationale d’Haïti qui a promis à l’association son soutien financier à hauteur de 15.000 $ USD. La Fondation Connaissance et de Liberté (FOCAL), soutenue en Haïti par le philanthrope George Soros, a promis à ACEM une aide ponctuelle de 10.000 $ USD pour la construction de l’école. Le Plan de Parrainage International, par l’intermédiaire de son bureau haïtien, a promis une aide à hauteur de 20.000$ USD qui pouvait prendre deux formes alternatives qui seraient le versement de l’aide en liquide ou bien la prise en charge de l’exécution partielle de la construction. Enfin l’Ambassade de France en Haïti, par l’intermédiaire d’une responsable de haut rang, a fait une visite aux Orangers, le village devant accueillir la construction de l’école, et a fait à l’association non pas de promesse concrète mais la proposition d’une coopération à venir.

b) Les activités culturelles et humanitaires
Elles sont de plus en plus nombreuses et incontournables. Enormes vitrines pour la sensibilisation à l’action associative, elles favorisent également la connaissance d’Haïti auprès du public français.
Elles passent par le dévouement de certains membres dont Madame Martine Chatain qui a réalisé à Aixe-sur-Vienne avec des classes de CM1 et CM2 des ateliers de correspondance avec les élèves des Orangers. C’est aussi l’implication jamais faiblie de M. Eric Montillet, de Murielle Palacio ou encore de Madame Martine Chatain qui, grâce à des actions, a contribué au financement de la cantine mise en place à l’école.
L’association a pu organiser, avec l’aide de M. Daniel Saint-Ange, une exposition à Panazol où s’est tenu un forum humanitaire. Une soirée humanitaire a été organisée à Isle de concert avec l’association locale Isle Autrement au bénéfice des enfants des Orangers.

4) L’ETAT DES FINANCES DE L’ASSOCIATION

S’il était encore trop tôt pour établir le bilan financier de l’association parce qu’on devait attendre la fin de l’année pour le faire, il était, toutefois, possible d’informer qu’il y avait sur le compte d’ACEM 38.000€ qui, ajoutés aux promesses de subventions citées auparavant, totalisaient 60.000 €.
Quant à l’utilisation des fonds, le Président indiqua qu’ils étaient utilisés pour ce à quoi ils avaient été sollicités. Aussi, l’augmentation du parrainage permettait-elle déjà de renforcer le financement de la cantine scolaire qui consistait en un goûter matinal et un déjeuner. Sachant qu’un euro (1 €) représente beaucoup en Haïti, le Président a rappelé qu’il était logique d’agir en termes de nécessité et de priorité. Dès lors, c’est à toute logique dynamique que l’association est appelée comme pour parer, par exemple, à l’arrivée de la saison cyclonique.
Les parrainages étaient reconduits à 90 % et le Président a fait remarquer que le nombre de parrains et de marraines était de 120. La contribution des parrainages ajoutés aux dons divers a totalisé 8.062,35 €. M. François indiqua que les sommes récoltées par le parrainage allaient à hauteur de 6.000 € l’an au fonctionnement de l’école c’est-à-dire scolarisation et fournitures classiques à tous les élèves tandis que le surplus était utilisé pour des besoins ponctuels qui faisaient suite soit au passage d’un cyclone ou encore des problèmes sociopolitiques ayant cours dans le pays.

5) L’EVOLUTION DU JOURNAL ACEM-INFO

« Tenir informer nos membres et surtout les bien informer tous, telle doit être l’exigence de l’association dans sa communication avec toutes celles et tous ceux qui la font vivre », a lancé M. François. En effet, le Président mettait ainsi en garde contre le manque d’informations qui risquerait de conduire à la démotivation. C’est pour cela que le Bureau de l’association s’est fixé pour objectif de sortir le journal tous les trimestres sous format papier mais aussi par le moyen électronique. Le président, partageant les propositions de plusieurs membres, encouragea le Bureau dans le sens d’un plus grand effort pour la communication par Internet avec la possibilité de favoriser une page axée sur la vie de l’école des Orangers en incitant les Haïtiens de l’école des Orangers à participer à la vie informative du journal et une autre sur les nouvelles de la construction de l’école.

6) DES ELECTIONS AU SEIN DU BUREAU

Denise HAVEGEER et Madame Valérie PITET ont rejoint le Bureau en qualité de conseillères.
M. Eric PITET a été chargé du suivi de la construction de l’école.

7) PERSPECTIVES
Un accord de prise en charge du salaire des enseignants est à l’étude avec le Ministère de l’Education nationale d’Haïti.
La préparation avec ACEM d’un stand Haïti à la kermesse annuelle est à l’étude.
Des soirées et des expositions à l’occasion de la Noël et des fêtes en milieu d’année sont en élaboration.

A 18h30 l’Assemblée générale prit fin sur l’autorisation du président de l’association ACEM, M. Lyn FRANÇOIS.

Fait à Limoges, le 2 décembre 2006

Le secrétaire

G. FAUSTIN